Ils disaient : humiliation affront
Les mots renfermés et honteux
Et voici qu’ils meurent mortifiés d’éternelles concessions
Mots tus et reclus chiens couchant
Voici qu’ils brident leurs paroles
Hommes piteux contraints aux rires
Quand des brumes de rage enfument leur esprit
Est-ce là le sens de leur vie
Cet en-deça de la parole toujours serve ?
Espoirs humiliés ils voulaient être crus par leur verbe
Volontés avilies brouillard de mots murés
Voici qu’agenouillés ils pleurent
Basesse vexations servilité :
Certains de leurs regards s’égarent

Brouillard